Jazz dans la ville

The fake history of an aspiring drummer

Nouvelle

(en construction)

            Click here for the English version

A short Story

1 2  3 4  5  6  7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28  29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46

Patrick Lecordier

 

JAZZ DANS LA VILLE

Un concert à midi trente, l'heure de l'apéro en France, et si en plus il y a du jazz à cette heure là, alors tant mieux car ce n'est pas si fréquent que cela. Il faudrait généraliser les concerts de jazz impromptus.
Moi, je rêve d'une ville dans laquelle je pourrais me promener et où dans tous les bars il y aurait un orchestre en train de jouer. J'arrive au coin d'une rue, et tiens mais c'est "Moose The Mooch" que j'entends... Je vais entrer. Après le Bird, devinez quoi! Il ya un groupe dans le bar qui en face fait son West Coast, et on croirait y entendre Shelly Manne à la batterie avec un saxophoniste qui... Non, pas Eric Alexander? Mais si c'est lui, de retour en Europe, et je le vois là en train de jouer "What a differnece A Day Make" et le batteur c'est Mourad Benhamour. Le bonheur est dans les bars, cours y vite, cours y vite! Deux rues plus loin le Tout Va Bien joue "My Favorite Things". Je n'en reviens pas car dèjà ce matin rive gauche il y avait un groupe en train de jouer "Africa" au bar de la poste ... Bon assez de John Coltrane pour aujourd'hui. Cet après midi, c'est décidé, je vais dans le centre. Il y a du Dixieland et du New Orleans dans pratiquement tous les bars, sauf au Slow Bar où il ya toujours Latché Jazz et le Swinging 44 qui font leur Django jam. De toute façon le jazz manouche ça s'écoute à toute heure du jour et de la nuit, non? Attention la slow food du Slow Food n'est pas toujours diététique, mais qu'est-ce que ça peut bien faire?... (à suivre)

         

 

  2

                       BACK      HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

1

JAZZ DANS LA VILLE (PONT)

M'y voilà dans le centre mais ce n'est pas du tout ce que je croyais. Au Central Bar il n'y a pas  de jazz manouche comme d'habitude mais un groupe en train de jouer ... oui c'est Milestone de Miles Davis.

Bizarre tout de même ce changement. Où sont passés les manoucheux?

Bizarre aussi le fait qu'ils soient trois sur scène alors que j'entend clairement un trompettiste en plus du piano, de la basse et de la batterie...

Le batteur accentue le 4ème temps de la mesure pendant l'exposition du thème et pendant tous les chorus en utilisant le rimshot magique d' Art Blakey et de Philly Joe Jones.

Quel bonheur. Nous sommes en 2008 et on se croirait en 1958. Le jazz est bien toujours vivant. Alors j'écoute cette main gauche que le batteur pose à plat sur la caisse claire afin de marquer les temps faibles et je me dis que c'est bien cela qui propulse la musique du trompettiste.

Mais où est-il ce d'ailleurs avec ce son qui  ressemble tellement à celui de Miles en 1958?

C'est maintenant le pianiste qui  fait son chorus. On croirait entendre Red Garland. J'en profite pour commander une bière tout en pensant à Mr PC

... ding ding a ding ba bop pe doo pa d ba ding ding ding ...

 "Bonjour. Je vais prendre un demi bien cool.

- bien quoi?

- bien frais mais sans faux col. C'est qui les quatres qui jouent?

- Ils sont six.

- je n'en voie que quatre.

- oui , normal John et Julian sont en retard.

- John et Julien?

- pas Julien, Julian! Cannonball quoi!

- vous voulez dire Adderley? Et l'autre c'est John Coltrane?

- Evidemment c'est le nouveau sextet de Miles Davis enfin quoi! Tenez voilà votre bière."

Ce serveur me prend pour un newbie, c'est sur.

 "We want Miles", disaient ils et ne voilà -t-il pas que ce serait lui en train de jouer en ce moment derrière le rideau au fond de la scène... Impossible! Je n'en reviens pas. Et cette bière est elle bien réelle?

Pourtant les voilà maintenant en train de jouer Oléo, et le batteur, qui ne ressemble pas du tout à Philly Joe, (cinglé ce barman)  fait pourtant exactement la même chose que lui.

Pendant le pont B il joue le tempo aux balais, exactement comme le faisait Joe, et dans le dernier A j'entends la charleston marquer la phrase rythmique si particulière que Joe avait employé. Ho la la!

(à suivre)

 

 

   

  3

                              BACK       HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

JAZZ DANS LA VILLE III

La Nef des Fous du Jazz est un lieu réservé aux initiés de la musique elliptique, c'est à dire à tous ceux que l'univers structural dominant des contraintes imposées dérange. On n'y joue pas n'importe quoi. La musique y est instantanée, de soi à soi et de soi vers l'autre, en toute liberté d'être ce qu'on est pour soi et pour l'autre...

(à suivre)

   

 

 

 4

                         BACK          HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3
 

 

   

 

 

 

 

 

  5

         BACK         HOME 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4

JAZZ DANS LA VILLE

   

 6

           BACK         HOME 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5

 

 

   

 7

 

     BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6

Son histoire commence dès l'instant où, dans le ventre de sa mère chanteuse à l'opéra de Baboul, il tambourine déjà des deux pieds sur un air de samba endiablée, comme pour mieux  protester de l'exigüité des lieux:t: tchic poum poum, tchic poum poum ... La mère ...

   

 8

      BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7

   

 

 

  9

                              BACK          HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

8

 

JAZZ EN BORD DE SEINE

Quatorze juillet à 9heures 30. C'est le départ des grands voiliers de l'Armada et les bords de seine sont envahis de spectateurs ravis d'avoir pu trouver un emplacement pour admirer l'Amerigo Vespuci fendre majestueusement les flots. Sur la rive droite, juste au bord de l'eau est installé le Big Band de l'EMC. Ca commence avec Sister Sadie tandis que d'autres grands voiliers continuent de défiler en direction du Havre. En voici un qui passe au moment précis où le Big Band est en train de jouer le mambo de West Side Story. A la fin de Satin Doll un bateau militaire répond en point d'orgue à l'aide de sa sirène mugissante et tout le monde rigole. Les bateaux font partie de l'orchestre comme d'ailleurs aussi les spectateurs pris au piège d'une double fascination. D'un côté la magnifiscence des voilers d'un autre âge et de l'autre sa majesté le Jazz! L'achévement de cette grande parade est prévue pour 14 heures, et d'ici là on assiste à un défilé maritime d'une grande musicalité. Le Brick belge Morgenster apparait au son de Don't Get Around Much Anymore, Le Pogoria , goelette trois mâts venus de Pologne, fait son apparition . Il ralentit même sa course comme si les marins à bord voulaient profiter plus longtemps de American Patrol et de  Lil Darling. La frégate anglaise Grand Turk navigue lentement comme s'il s'agissait de pénétrer avec prudence l'admirable fog musical d' In A Mellow Tone. Puis c'est le tour du Shababoman dont l'équipage applaudit In The Mood et Little Brown Jug. C'est pendant le troisième chorus pris par l'excellent trompettiste du Big Band sur Pensylvania 6-5000 qu'il s'aperçut que depuis le début de la parade il partageait son emplacement avec une vieille dame dont le regard faisait instantément songer à celui de Billie Holiday, en particulier sur une photo dédicacée qu'il possédait et chérissait particulièrement parce que ...

(à suivre)

   

 10

                                BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9

 

   

 

 

 

 

 11

                           BACK         HOME 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10

   

 

  12

                       BACK         HOME 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11

SUB

L'indépendence de ses 4 membres commença à se faire sentir lorsque, par une belle matinée de printemps,il entreprit d'accompagner les frères Belmondo en prenant la place du batteur.

Après avoir inséré le CD dans le lecteur, il prit une grande respiration et commença à jouer Shaafa. Comme par miracle, il arrivait enfin à suivre le merveilleux et envoutant 12/8 qu'il  travaillait depuis des semaines.  

Il recommença plusieurs fois pour s'assurer qu'il n'avait pas rêvé comme cela lui arrivait parfois la nuit où, en rêve il assurait avec une maestria exemplaire la rythmique dans un club et accompagnait Charlie Parker, John Coltrane, Miles Davis et d'autres géants du Jazz.

En plein milieu du morceau le téléphone sonna et il mit un certain temps avant de percevoir la sonnerie et de réaliser que c'était le téléphone. Il décrocha. C'était Jo.

- Je ne peux pas jouer samedi car je serai à Bruxelle. Est-ce que tu peux me remplacer?

- Ca dépend combien tu me paie ...

(à suivre)

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 13

                                BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 Y

 ............................................

............................................

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 14

          BACK         HOME 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13

Qui est-ce? 

Il s'appelle ------------. Il est tour à tour  ternaire, binaire, et aucune signature rythmique ne lui est étrangère. Il a une grande maîtrise des balais, et il peut jouer dans n'importe quel style, fort ou doucement, vite ou lentement. On dit qu'il est le meilleur batteur du monde

L

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 15

            BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14

G

   

 16

       BACK        HOME 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15

T

   

 

 17

                           BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16

T

   

 

 

 18

 

                                BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17

A

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 19

                                   BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18

N

   

 

 

 

 

 20

                               BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19

D  

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 21

                                BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20

I  

   

 22

 

                           BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21

D

   

 23

 

                                  BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22

W

   

 24

                               BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23

L

 

   

 25

 

                                     BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

24

L

   

 26

                                     BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25

L

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 27

                              BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26

La Musique et le silence I

Music and silence

The following text by Updike  shows that silence  is meaningful.

A Month of Sundays

The silence of this room m'effraie. It is not one  silence but many, the lampshade is silent, the bulb silently burns, the bed in silence waits for  my next oblivion, the bathroom mirror silently plays catch with a corner of my bathrobe, the carpetting is a hungry populace of individual acrylic silences, even the air conditioning, today is silent. Has the power failed? Has the desert cooled? Has the beautiful last beseeching of the Bible ('even so, come, Lord Jesus' –rev. 22-20) been at last answered, and Man's two millemnia of In between times ended>? No, my clock says an hour to noon remains. -Updike

 

 

 28

     

          BACK          HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

27

SUB...

   

 

 29

 

                            BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28

La Musique et le silence II

Music and silence

Thelonious Monk's unfinished melodies are  a message of freedom and mystery,  the significance of which , although it sometimes escapes our comprehension,  is not altogether deprived of meaning.. In 1951, Cage [ born 1912] 's 4"33 broke  the imposed codes of composition and artistic copyright by inventing the "happening" . The experience took place in a deaf-mute room, and it was quite a revelation to Cage when he heard  all the noise that his body was producing.According to Cage , the issue of silence comes out into indetermination- experimental art of that kind is no scientific experiment, there is nothing to prove or find.Cage is not an obstetrician of sounds , the happening has no particular aim other than reaching the aim for which the experiment was conceived by the experiment itself. No preconceived aim and freedom overlap to  enable something , anything to happen. Rather than speaking about time  in terms of playing around it, Cage prefers to speak of "time celebration". It is in this sense that we must underrstand his 4"33 for one or several musicians and other compositions (My silent works) The silence of Cage's music is like a wide preoedipal cry. It can be read as a code  meant to disturb and break all imposed codes. Even the copyright code is challenged –who owns silence? The composer is only a catalyst for the real composers are the musicians , who on the stand  have all the freedom of interpretation (only a grid as in Jazz music is given to them) What counts is what is really happening during the performance. In Imaginary Landscapes 4 ,  twelve radios, 24 performers and one conductor were used. In IL 5 forty two jazz records were used . In the Piano Concerto indetermination reaches  high peaks.the 13 instrumental parts are independent and the performers are free to use them or not.There is no coordinated time sequence  between them. Cage's intention was to have them perform in their own way and the way it looks in the real and natural world (in a forest or in a street).  Of course one is free to create one's own experience during the performance. The whole work is in progress, and thus never completed even if it considers that each performance is definitive. Cage influenced other forms of art, especially in the theatre . He wrote several books in which continuous shifts are operated  between the critical opinion and text at the crossroad of multifarious modes and patterns of expression .Neoprimitive but not anarchic  mode of expression which had been socially constructed by a musical set that was stiffling under the restrictions of taboos.

   

 30

 

                                BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

29

La musique et le silence III

ellipse a écrit:
Alors, mon cher Lochday, comment te sers-tu du silence dans l'espace sonore ?

Très bonne question à laquelle je vais très modestement tenter de répondre. Utilisation du silence dans l'espace sonore donc...
1) Il ya d'abord le cas de figure imposé par la partition. Les pauses, ½ pauses, soupir, ½ ou autres ¼ de soupir inscrits sur la partition témoignent des intentions du compositeur et donc , à moins d'envisager un arrangement particulier, je les respecte en les jouant.
2) Ensuite il ya les cas où le musicien dispose d'une certaine liberté. Il y a une partition mais le batteur a le choix du pattern pour accompagner la mélodie (parfois il faut négocier), ex Summertime façon samba bossa ou funky ou jazz etc. Une bonne utilisation du silence dans ce cas consiste à ne pas en faire trop, à ne pas 'surjouer" ( à moins d'être Elvin Jones ou Tony Williams mais eux ils jouaient toujours musicalement ), à ne pas piquer la place des autres musiciens (bien jouer avec la bassiste par exemple et pas contre lui) , en gros savoir se taire au service de la musique. Jusqu'ici c'est le bon sens qui parle.
3)Ensuite, et c'est là que c'est peut être le plus intéressant, comment et pourquoi utiliser le silence musical quand on doit improviser (dans les solos, 4x4, et autres 8x8 en jazz, fills d'annonce ou de reprise, etc.)  C'est là en effet que le musicien peut, de son propre chef, créer ou non du silence. En ce qui me concerne j'essaie de m'inspirer des grands batteurs qui ne manquent pas d'exploiter le filon du silence et à le jouer sans modération en raison des avantages qu'il procure. L'idée est que, à chaque fois, le silence doit témoigner d'une intention particulière.
Par exemple je jouerais des silences dans les solos...
- pour faire respirer la musique (bien vu Seb) et l'auditeur par la même occasion 
- parce que je ne sais plus quoi jouer, alors je laisse passer une, voire 2 mesures de mon 4x4, et je reprend mon souffle en quête d'inspiration (comme John Cage, lui avec un morceau entier. non c'est méchant, en fait il avait des intentions bien précises...) 
- pour installer du côté de l'auditeur que j'interpelle ainsi un climat, un sentiment, une sensation (expectative, angoisse, regain d'intérêt, etc.)
- annoncer quelquechose qui va arriver mais l'auditeur ne sait pas quoi; on le tient en haleine 
- installer du mystère, de l'inconnu…
- laisser à la réponse le temps d'arriver, et à l'auditeur celui de savourer la question lorsque mon solo est composé de questions-réponses (et oui, les phrases doivent communiquer entre elles)
- pour créer des déplacements rythmiques. Par exemple on peut prendre une phrase musicale jouée dans une mesure à 4 temps et la réduire à 3 temps (ce que faisaient tous les batteurs de bebop), voire 2 et même un seul temps, puis déplacer cette phrase en laissant vide un temps différent à chaque fois que l'on répète la phrase en question. EX soit 1) tatata 2) tititi 3)tatata 4) tititi  je réduis le premier temps à ti-- , puis rien sur le deuxième temps, le troisième temps n'a droit qu'à la fin du triolet, soit --ti et le quatrième temps = tatata. J'expérimente ainsi avec des phrases et j'adopte si ça me plait. 
- modifier les questions et les réponses en omettant volontairement certaines notes de ma phrase. Là aussi expérimentation.

4) En situation de travail et de pratique de l'instrument, incorporer des silences permet d'apprendre à jouer toutes les potentialités signifiantes d'une même phrase musicale simple: je peux l'augmenter, la réduire, lui ajouter des silences, la déplacer, lui faire traverser les barres de mesures, la faire sonner de différentes manières, etc.
Quand on sait faire tout cela avec aisance (ce qui n'est pas mon cas mais j'essaie) on peux, avec un seule phrase, tenir des discours variés, apprendre à jouer musicalement et ainsi ne pas lasser l'auditeur...
PS Il va sans dire que tout cela nécessite de la part du batteur une technique et une expérience suffisante obtenue par beaucoup de travail, le paradoxe étant ici que se taire en ne jouant rien est tout aussi dificile que de jouer toutes les notes d'un pattern compliqué.
 

 

   

 

 31

 

                              BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30

Rules

   

 32

 

                               BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

31

M did not become famous as a drummer but he had become a man, a father and a loving husband for Z. During the third part of his life he managed to cope with what was, comply  with conflicting issues. The  balance between his compulsive need for music and his duty as a father win the famly bread...

   

  33

 

                            BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

32

Hooked on drums

   

 

 

 

 

 34

 

                      BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

33 Mine de Rien

 

   

 35

 

                                BACK      HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

34
N

 

   

 36

 

                             BACK          HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

35

Fun

   

 37

 

                                BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

36

L

   

 

 

 

 

 

 

 38

 

                             BACK          HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

37

L

   

 39

 

                           BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

38

N

   

 40

 

                            BACK       HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

39 Le début et la fin

 

   

 41

 

                               BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

40

Themes

 

   

 42

 

                          BACK        HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

41

L

   

 43

 

                          BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

42

MOTIVATION

 

   

 44

 

                           BACK         HOME

 

 

 

 

 

 

 

 

43  

   

 45

 

   

 
       
       
       
  44

F

   

46
     

 

 

 

 

 

 

 

 
  45 L

Plus X  joue et plus il réalise comme il joue mal certaines choses. "C'est donc que je m'améliore," se dit-il. Depuis quelques temps il a délaissé l'univers ternaire pour le binaire afin d'être un batteur complet capable de jouer dans n'importe quelle situation et dans n'importe quel style.

47

    Jazz | Talk of the town | Home | Pat 76  | Top |   Patrick@café