d S ... à ... Z  

Pharoah Sanders (1940-Present)

YY      

 

YY

1969

Karma

On entend sur cet album extraordinaire les cris des spirales brûlantes du saxophone pharaonique de Sanders tentant de tutoyer Celui d'en haut. S'y ajoutent des éruption volca-so-niques suivies d'éboulements de percussions et des convulsions vocales de Léon Thomas. Tous les éléments clés de la musique de Sanders sont là :  longues périodes de calme suivies d'intenses mouvements de cacophonie frénétique, grand sens de la mélodie et du rythme, le tout étant animé par une profonde spiritualité afro-centrique..

Louis Sclavis ( 1953-Present ) 

  sclavisroute.jpg (26108 octets) sclavischambermusic.jpg (18796 octets)                  

 

YY sclavisroute.jpg (26108 octets) 1994

1995

Carnets de route

Avec Aldo Romano (drums) et Henry Texier (bass) auxquels se joint Guy Le Querrec. Superbe et envoutant!

YY sclavischambermusic.jpg (18796 octets) 1989 Chamber Music

Louis Sclavis (clarinets, soprano sax), Dominique Pifarely (violin), Michel Godard (tuba), Philippe Deschepper (guitar), François Raulin (piano, keyboards), Bruno Chevillon (accoustic bass)

Archie Shepp (1937-Present)

YY                  

 

YY 1976 Steam

The full and unabridged concert of the Archie Shepp trio at the East-West Festival, held in Nurenberg in May 1976.

YY    Going home

Wayne Shorter (1933-Present)

YY              

 

YY 1988 Best of 
YY 1988 Joy rider

Avec Gerri Allen, Dianne Reeves et Patricia Rushen.

YY 2002 Footprints Live!
YY 1964 Speak No Evil

 Les amoureux d'Elvin Jones apprécieront ce disque (inoubliable coup de cymbales dans Witch Hunt).  Freddie Hubbard (tp), Herbie Hancock (p), Ron Carter (bass), Elvin Jones et Wayne Shorter avaient signé là un disque remarquable aux frontières des ténèbres, du mystère et de la lumière.

Horace Silver (1928-Present)
YY          

Peu de musiciens de jazz auront eu autant d'impact sur le jazz mainstream que le pianiste  Horace Ward Martin Tavares Silver. Le style hard bop qu'il commença à développer dans les années 50 n'a pas cessé d'être joué, non seulement par les continuateurs, mais aussi par des musiciens plus culottés qui n'étaient pas né dans les années 60 et 70, lorsque le hard bop commença à décliner. Après avoir commencé le piano et le saxophone, Silver tomba rapidement sous le charme des chanteurs de blues, puis des pianistes de boogie woogie et de boppers tels que  Thelonious Monk  et  Bud Powell. Après avoir travaillé pendant un an avec Stan Getz en 1950, il commence une carrière de freelance qui le voit jouer avec Colemen Hawkins, Lester Young, Lou Donaldson. En 1953 il enregistre avec Art Blakey  l'album  Horace Silver and the Jazz Messengers qui donnera naisssance au style hard bop. Son jeu sobre, concis, imaginatif  et complètement funky est devenu un modèle pour de nombreux pianistes.  Certains musiciens tels que Donald Byrd, Joe Henderson, Woodie Shaw, Benny Golson ou encore les frères Brecker  ont atteint la célébrité avec Horace Silver. Même les musiciens de l'Avant Garde reconnaissent lui devoir quelque chose, comme par exemple Cecil Taylor qui reconnait avoir subi son influence. Dans les années 80, il s'intéresse au pouvoir métaphysique de la musique comme en témoigne son album Music to Ease Your Disease and Spritualizing Your Senses.

 

YY

1952

1953

Horace Silver and spotlight on drums: Art Blakey - Sabu

 Horace Silver joue avec Art Blakey,(drums), et alternativement avec Curly Russel (bass), Percy Heath (bass) et Gene Ramey (bass).

YY

1954

 Song For My Father

En quintet avec, selon les morceaux, Carmel Jones( trumpet), Joe Henderson (tenor sax), Teddy Smith (bass), Roger Humphries (drums),  Blue Mitchell (trumpet) Junior Cook (tenor sax), Gene Taylor (bass) et Roy Brooks (drums)

YY 1956 Six Piece Of Silver

Donald Byrd (trumpet), Hank Mobley (sax), Doug Watkins (bass), Louis Hayes (drums). Bill Henderson chante sur la version vocale de Senor Blues.

YY 1954 Horace Silver & The Jazz Messengers
YY 1959 Blowing The Blues Away
YY 1954 A Night At Birdland

Memphis Slim (1915-1988)

Memphis Slim, pianiste à la virtuosité époustouflante et chanteur de blues, de son vrai nom John Len Chatman  a enregistré plus de 300 albums sous son nom entre 1939 et 2006.  Il est l'auteur de nombreux standards comme Every Day I Have the Blues ou Mother Earth.. Il a contribué à perpétrer la tradition du Boogie-woogie  et est considéré comme un représentant du Chicago-Blues.

Il est né à Memphis (Tennessee) Son premier pseudonyme est Peter Chatman qui est en fait le nom de son père. Toutes ses compositions sont signés sous ce premier pseudonyme. Il prendra le nom de Memphis Slim beaucoup plus tard.

Il commence à jouer du piano dans les années 1920. Il rencontre Roosevelt Sykes qui l'influencera beaucoup. Il commence à enregistrer dans les années 1940. Il déménage à Chicago où il joue avec le contrebassiste Willie Dixon et le guitariste Matt Murphy.

Après une tournée 1961 en Europe, il quitte les États-Unis et s'installe à Paris en 1962 où il joue régulièrement. Il joue et enregistre également à Londres. En 1986 il est nommé commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres par Jack Lang, alors ministre de la Culture.

Il meurt à Paris le 24 février 1988. (source Wilkipedia)

Il aura influencé de nombreux pianistes.
YY memphisslimtribute.jpg (23666 octets) 1961 Memphis Slim Tribute to Big Bill Bronzy, Leroy Carr, Curtis Jones, Jazz Gillum, Cow Cow Davenport

James Oscar (Jimmy) Smith (1925- 2005)                            Un des rares organistes à avoir adapté l'idiome "parkérien" à l'orgue Hammond et à avoir connu simultanément le succès artistique et commercial. Grace à un son enivrant mêlant jazz, blues, rhythm 'n blues, bebop et gospel, Jimmy Smith  a révolutionné le jazz au clavier dans les années cinquante et soixante, et laissé sa trace dans les très nombreux clubs où il s'est produit. Il étudie d'abord la contrebasse avant d'être engagé dans le Big Band de Philadelphie et de découvrir l'orgue Hammond B3 qui le rend célèbre. Son jeu se caractérise par une répartition spécialisée en fonction de ses membres : ses pieds jouant les rythmiques basses alors que sa main gauche joue les cordes et sa main droite, les improvisations mélodiques. Son influence est perceptible dans le jeu et la composition de plusieurs générations de musiciens et dans des styles musicaux diversifiés tels que le funk ou soul jazz.

YY Jimmysmithcompil.jpg (27188 octets) 1962

à

1966

Très bonne compilation incluant le célèbre "Walk on the Wild Side" d'Elmer Bernstein, conduit et arrangé par Oliver Nelson, "The Cat" repris en son temps par Claude Nougaro. Selon les plages on note la présence de Wes Montgomery (Night Train) Kenny Burrel aux côtés de musiciens tous fantastiquement excellents.

Martial Solal (1927-Present)

cine de Martial Solal.jpg (27655 octets)

Ce magicien de l'improvisation possède "en abondance les éléments essentiels à un musicien : sensibilité, fraicheur, créativité et une technique extraordinaire." (Duke Ellington). 

YY

1959

à

1985

Martial Solal "Live" 1959/85 - The Best

On retrouve ici le mage de l'improvisation en compagnie de (variable selon les dates) Roger Guérin (trumpet), Daniel Humair (drums), Gilbert Rovère (bass), N.H. Pedersen (bass), Lee Konitz (sax), Charles Bellonzi (drums).

YY

1964

à

1985

Martial Solal "Live" 1964/85 - Encores

La Ronde de John Lewis , interprété en duo par Martial Solal et ... John Lewis! Aussi une fascinante interprétation de Fascinating Rythm de Gershwin avec Stephane Grapelli, sans compter d'autres merveilles.

YY

1983 Bluesine

Seul au piano, Martial atteint ici des sommets.

YY cine de Martial Solal.jpg (27655 octets) Martial Solal Jean Luc Godard

Les interventions de Martial Solal dans quatre films légendaires : A bout de souffle, Echappement Libre, L'affaire d'une nuit d'Henry Verneuil  et Le Procès d'Orson Wells.

Special EFX

YY specialefx.jpg (26895 octets) 1991 Peace Of The World

Bill Stewart 

Sonny Stitt (1924-1982)

YY 1957

Sonny Side Up

Sonny Stitt a joué avec presque tout le monde. A l'alto il jouait dans la plus pure des traditions parkérienne, mais il était bien plus que la doublure de Parker. On l'entend ici au ténor aux côtés de Gillespie et d'un autre Sonny.

Supersax 

YY supersax.jpg (40245 octets) 1984

1986

Supersax & LA Voices

Remarquable!

John Surman (1944-Present)

surman uponreflection.jpg (14463 octets) surmanprivatecity.jpg (20582 octets) surmanamazing.jpg (12281 octets)

Ce grand saxophoniste anglais qui pratique à l'occasion le "re-recording" excelle au baryton. Sa musique atmosphérique a conquis un large public qui s'étend bien au delà des frontière du Royaume Uni.

YY surman uponreflection.jpg (14463 octets) 1979 Upon Reflection
YY surmanprivatecity.jpg (20582 octets) 1987 Private City
YY surmanamazing.jpg (12281 octets) 1981 The Amazing Adventures of Simon Simon

en duo avec le batteur Jack Dejohnette

Esbjörn Svensson [1964-] Sa mère jouait du piano classique et son père adorait Duke Ellington. Après 4 années d'études à l'université de Stockholm, Esbjörn Svensson a su développer un style personnel inspiré de Chick Corea et Keith Jarret. En 1990, il forme EST, un trio de plus en plus apprécié en Europe, qui a reçu de nombreuses récompenses (Victoires du Jazz en 2003)

YY 1996 Esbjörn Svensson Trio Plays Monk

Esbjörn Svensson (piano), Dan Berglund (doublebass), Magnus Östrom (drums)

EST  a gagné le coeur des critiques les plus endurcis. Plays Monk est la rencontre du talent  et du génie. C'est pur et simple, Rythm-A-Ning!

Art Tatum (1909-1956)

"Huitième merveille du monde" pour Count Basie,"inégalable"  selon Herbie Hancock, "meilleur instrumentiste de jazz de tous les temps" pour Oscar Peterson, "Dieu" pour Fats Waller, "Chopin fou" disait Cocteau, même les pianistes qui ne jouent pas du jazz sont stupéfaits par la virtuosité et la technique de Art Tatum. Lorsqu'en 1932 il enregistre à New York son fameux Tiger Rag, tout le monde croit que le morceau est joué par deux pianistes. Tatum savait  donner une égale importance aux deux mains et pouvait jouer des rythmes différents tout en  se permettant des changements de tempos et d'impressionants prestissimos.

YY 1956 The Tatum Group Masterpieces

 Art Tatum, Ben Webster, Red Callender et Bill Douglas 

YY 1956 The Tatum Group Masterpieces

Là il est avec Red Callender et Jo Jones.

Cecil Taylor (1933-Present)

Le pianiste Cecil Taylor est un pionniers du jazz d'avant-garde et un des pères du free jazz. Il  commence le piano dès l'âge de cinq ans. Son goût prononcé pour la musique ne lui vient pas de ses deux grand-mères indiennes mais de sa mère qui était une excellente pianiste. Après ses études au  New England Conservatory de Boston, il découvre le be bop  grâce au saxophoniste Andrew McGhee qui lui fait connaître de nombreux boppers. Le premier orchestre qu'il fonde en 1952 ne rencontre pas le succès et en 1954 il entre dans  l’orchestre de Johnny Hodges. Il forme ensuite un quartette avec le saxophoniste soprano Steve Lacy, Buell Neidlinger (contrebasse) et Dennis Charles (batterie). En 1955, il enregistre un premier disque sous son nom : "Jazz Advance"(avec une version très personnelle de "Bemsha swing"). Steve Lacy quitte le groupe en 1958 et est remplacé par le vibraphoniste Earl Griffith pour un disque Contemporary intitulé 'Looking Ahead '. Cette même année Cecil Taylor enregistre aussi avec John Coltrane un disque intitulé "Coltrane Time" (United Artists) Puis c'est "Love for Sale" en 1959. L'année suivante, il sort " The world of Cecil Taylor", " New York City Rhythm’n Blues" et "Cecil Taylor All stars & Buell Neidlinger", avec entre autres Archie Shepp, Clark Terry, Billy Higgins et ses complices habituels, Neidlinger et Charles. En 1961, il participe à l’œuvre théâtrale "The Connection"et grave sous la direction de Gil Evans "Into the Hot" pour le label impulse. Après un séjour de six mois en Europe où il travaille avec Albert Ayler, il connait un passage à vide lié à l'incompréhension dont fait l'objet sa musique. En 1966 il reprend néanmoins le chemin des studios et enregistre deux albums essentiels: "Unit Structures" et "Conquistador". Il part ensuite en tournée en Europe avec Jimmy Lyons, avec lequel il enregistre "Cecil Taylor, The Cecil Taylor Unit" en 1978. Le décès de Jimmy Lyons  en 1988 laisse un grand vide qui n'empêche pas Cecil Taylor de continuer à jouer avec toujours la même intensité.
YY 1966

Unit Structure

Ce disque fut enregistré avec Jimmy Lyons au sax  alto, Andrew Cyrille à la batterie. Henry Grimes et Alan Silva à la basse, Ken Mc Intire à l'alto et Eddie Gale Stevens, Jr à la trompette. Unit Structures n'est peut être pas aussi déchaîné que les autres oeuvres de Cecil Taylor, mais cet enregistrement  reste pourtant  un défi assez provocateur et stimulant. tout comme l'ont fait Ornette Coleman et John Coltrane, Cecil Taylor jette ici les bases d'une nouvelle manière d'improviser qui  a influencé tout ce qui est post bop.

YY 1978

Cecil Taylor

Le grand explorateur de la dimension percussive du clavier! Il crée par son jeu un  climat proche de la transe avec ses clusters, grappes et groupes de notes qui  explosent comme sur un piano diabolique.

Henri Teixier [1945- present]

Né le 27 janvier 1945 à Paris, est un contrebassiste, multi-instrumentiste, chanteur, chef d'orchestre et compositeur de jazz français. Musicien précoce, il commence l'étude du piano dès huit ans et entre dans un orchestre de dixieland local à quatorze ans. L'année suivante il découvre des formes de jazz plus modernes et décide de se consacrer à la basse, qu'il apprend en autodidacte; il cite volontiers Wilbur Ware comme son influence majeure. Après avoir joué dans un petit groupe qu'il a lui-même fondé, il intègre la formation menée par Jef Gilson. Au cours de cette même période il a également travaillé avec divers musiciens américains dans des clubs parisiens, notamment Johnny Griffin, Phil Woods, Bill Coleman, Chet Baker, Kenny Drew, Donald Byrd et Bud Powell. Il est surtout connu pour ses travaux réalisés dans les années 1960 avec Don Cherry ainsi que pour son groupe "Transatlantik Quartet" avec Joe Lovano, Steve Swallow et Aldo Romano dans les années 1980. Tout au long des années 1970, Texier est resté actif sur la scène jazz européenne, jouant avec des musiciens tels que Gordon Beck, John Abercrombie ou Didier Lockwood, entre autres. Il a aussi, au sein du trio Romano-Sclavis-Texier, participé aux trois albums ayant pour thème l'Afrique vue par le photographe Guy Le Querrec : Carnet de routes, Suite africaine et African Flashback. Il a publié tous ses disques en leader avec le label Français Label Bleu. (source: wilkipedia)

YY

1998

Mosaic Man

En compagnie de Glenn Ferris (trombone), Tony Rabeson (batterie), Bojan Zulfikarpasic (piano), Sébastien Texier (clarinette, saxophone alto)

YY

1995
Carnets de Route

Avec Louis Sclavis (clarinette, saxophone soprano) et Aldo Romano (drums)

    The Rise

Julien Lourau (saxes), Bojan Z., Gérardo di Gusto (p), Henri Texier, Carlos Bushini,Fred Chiffoleau (b, cb), Ari Hoenig, Maxime Zampieri (d), Minino Garay, Gustavo Ovalles (perc), Krassen Lutzkanov (kaval), Malik Mezzadri (fl), Elvita Delgado (voc).

Henri Teixier - Discographie selective

Paris-Batignoles (1986)

Philippe Deschepper : guitares

Joe Lovano : saxophone tenor

Jacques Mahieux : batterie

Louis Sclavis : clarinettes, saxophone baryton

Izlaz (1988)

Joe Lovano : saxophones, clarinette, percussions

Aldo Romano : batterie

Steve Swallow : basse électrique

 

Colonel Skopje (1988)

John Abercrombie : guitare

Joe Lovano: saxophones,percussions, flûte

Aldo Romano : Batterie

Steve Swallow : basse électrique

An Indian's Week (1993)
  • Glenn Ferris : trombone
  • Tony Rabeson : batterie
  • Bojan Zulfikarpasic : piano
  • Michel Portal : saxophone soprano
  • Louis Sclavis : clarinette

 

Mad Nomad(s) (1995)

  • Bojan Zulfikarpasic : piano
  • Noël Akchoté : guitare
  • Sébastien Texier : clarinette, saxophone alto
  • Julien Lourau : saophones ténor, soprano
  • François Corneloup : saxophones baryton, alto
  • Tony Rabeson, Jacques Mahieux : batterie
Carnet de Routes (1995)
  • Louis Sclavis : clarinette, saxophone soprano
  • Aldo Romano : drums

 

Respect (1997)
  • Lee Konitz : saxophone alto
  • Paul Motian : batterie
  • Steve Swallow : basse électrique
  • Bob Brookmeyer : trombone
Mosaïc Man (1998)
  • Glenn Ferris : trombone
  • Tony Rabeson : batterie
  • Bojan Zulfikarpasic : piano
  • Sébastien Texier : clarinette, saxophone alto
Suite africaine (1999)
  • Louis Sclavis : clarinette, saxophone soprano
  • Aldo Romano : batterie
Remparts d'argile (2000)
  • Sébastien Texier : clarinette, saxophone alto
  • Christophe Marguet : batterie
(V)ivre (2004)
  • Sébastien Texier : clarinettes, saxophone alto
  • François Corneloup : saxophones baryton, alto
  • Guéorgui Kornazov : trombone
  • Manu Codjia : guitare
  • Christophe Marguet : batterie
African Flashback (2005)
  • Louis Sclavis : clarinette, saxophone soprano
  • Aldo Romano : batterie

 

Alerte à l'eau (2007)

Sébastien Texier: clarinettes, sax alto alto                François Corneloup: sax baryton, alto                         Guéorgui Kornazov: trombone                           Manu Codjia : guitare                                             Christophe Marguet : batterie

DVD : Henri Texier Strada Sextet

Année 2008                                                 Réalisation : Fabrice Radenac et Alexandra Gonin Sébastien Texier : clarinettes, saxophone alto       François Corneloup : saxophones baryton, alto     Guéorgui Kornazov : trombone                               Manu Codjia : guitare                                    Christophe Marguet : batterie

Lucky Thompson

[16 juin 1924- Present]  Le saxophoniste Eli Thompson, inspiré par Lester Young,Coleman Hawkins mais aussi Charlie Parker, a commencé sa carrière dans les années 40. Il a enregistré avec de très nombreux musiciens avant de se retirer dans le Michigan, déçu par l'attitude, selon lui discriminatrice, des producteurs à l'égard des musiciens de jazz. Il a joué avec Lionel Hampton, Don redman, Billy Eckstine, Count Basie, Dizzy Gilespie, Miles Davie (Walking), Boyd Raeburn, Charles Mingus, Britt Woodman, Buddy colette, John Anderson, Oscar Pettiford, Milt Jackson,, J.J. Johnson, Horace Silver, Percy Heath, Art Blakey. Durant ses séjours en France il a joué avec Martial Solal, les batteurs Gérard "Dave" Pochonet et Daniel Humair. Compositeur à l'imagination fertile, son départ de la scène aura été une grande perte pour le jazz.

YY 1956

1960

The Complete Vogue Recordings vol 2

Ce disque reprend  les deux enregistrements réalisés en mars et en  avril 1956 avec le  Gérard "Dave"  Pochonet All-Stars et un Martial Solal époustouflant au piano. Il reprend également le disque enregistré au Théâtre des Champs Elysées le 14 octobre 1960 avec Daniel Humair à la batterie et Peter Trunk à la basse. épatant!

Alexi Tuomarila ( 1974-present)
Alexi Tuomarila est né le 27 février 1974 à Pori en Finlande. Il commence à jouer du piano dès l'âge de 4 ans avec la méthode Suzuki. Il étudie ensuite le piano classique à l' Espoo Music Academy, en Finlande. En 1992, il  enchaîne avec le Oulunkyla Pop & Jazz Conservatory d' Helsinki, Finlande (de 93 à 94). Il quitte la Finlande pour aller étudier en Belgique au Royal Conservatory of Brussels, dans le Departement of Jazz & Commercial Music (94-99) En septembre 1999 il obtient son Master of Music Degree.
YY Tuomarila.jpg (20161 octets) 2003  Alexi Tuomarila Quartet 02

Nicolas Kummert (sax), Christophe Devisscher (bass), Teun Verbruggen (drums) et Alexi Tuomarila (piano). "Même quand Alexi joue des notes simples, l'énergie qui en découle est telle que le public ne cesse d'être envouté." - Brad Mehldau. On ne saurait mieux dire.

Mc Coy Tyner

 
YY 1967 The Real Mc Coy

Joe Henderson (sax), Elvin Jones (drums), Ron Carter (bass) et Mc Coy Tyner réunis autour des compositions du pianiste de John Coltrane. Intensité collective à couper le souffle, dans laquelle chaque musicien exprime sa personnalité. Excellent!  déguste en silence.

Sarah Vaughan (1924-1990)

YY    Gershwin Live
YY    Sarah Vaughan

Grover Washington jr (  -Present)

YY

Wine Roses

Muddy Waters (1915-1983 )

YY MuddyWaters.jpg (22850 octets) 1968 Live In Paris, 1968

A la salle Pleyel à Paris le 4 novembre 1968. Présentation de André Francis.

Weather Report

YY weatherreportnightpassage.jpg (21001 octets) 1980 Night Passage

Ben Webster (1909-1973)

YY 1956 The Tatum Group Masterpieces

 Art Tatum, Ben Webster, Red Callender et Bill Douglas

Barney Wilen (1937-1996)

YY

 1987  Barney Wilen

Avec Alain Jean Marie (p), Philppe Petit(g), Ricardo Del fra (b) et Sangoma Everett (d), Barney Wilenn a enregistré là un disque merveilleux qui a d'ailleurs reçu le grand prix international du disque de l'académie Charles Cros. La musique interprétée ici accompagne la BD "Barney et la Note Bleue" signée  par Loustal & Paringaux (Editions Casterman)

YY 1959 Les Liaisons Dangereuses

Il s'agit de l'enregistrement original réalisé les 28 et 29 juillet 1959 au Nola Studio de New York pour la musique du film de Roger Vadim.  Barney Wilen est aux saxophones ténor et soprano (un an avant John Coltrane), et il  joue ici, sous la direction de Art Blakey, avec Lee Morgan (tp), Duke Jordan (p), Bobby Timmons (p), Jimmy Merrit (bass) et  trois musiciens latino- américains : John Rodriguez (bongos), Tony Lopez et William Rodriguez(congas).

Lester Young (1909-1959)

YY lesterpresident.jpg (21792 octets) 1959 The President Plays

with the Oscar Peterson trio.

Bojan Zulfikarpasic [ 1968 -present]

Bojan Z est originaire de Belgrade. Il a joué avec Michel Portal, Henry Texier, le saxophoniste Julien Lourau . Doté d'un double jeu de piano post-bop impressionant, Bojan Z a su donner au jazz un prolongement naturel vers des sources qui se trouvaient dans les Balkans.

YY   Transpacifik

Avec  Scott Colley (bass, Fender Rhodes) et Nasheet Waits (drums)

YY   Solobsession

Sur son Fazioli F-278, Mojan Z joue ici  ses propres compositions. Il rend aussi un hommage à Sonny Rollins (Valse Hot), à Ornette Colemen (Mothers of the Veil), et à la Macédoine (Uci Me Majko, Karaj me).  

YY   Koreni

Mélange des influences et mélange des musiciens aux origines différentes, Koreni (racines) est un disque excellent et surprenant qui prouve que l'on peut être bosniaque, serbe ou macédonien et s'entendre parfaitement.

YY   Yopla!

Boyan Z (piano, bongos) avec Julien Lourau (saxophones), Marc Buronfosse (bass), François Merville (drums) et un invité: Kudsi Erguner (ney).

YY  

Mosaic Man

Bojan Zulfikarpasic est ici en compagnie de Glenn Ferris (trombone), Tony Rabeson (batterie) et Sébastien Texier (clarinette, saxophone alto)

Les CD pour promotion, présentation et chronique sont à envoyer à :

Webmaster de Pat Café -  France (adresse complète communiquée par email)

 

 

 

      A / Z

© The author of this web page intends this educational site as a fitting tribute to the music of  jazz musicians and  creators, as well as a respectful tribute to their works and creations. The author of this web page receives no compensation or profit from this page whatsoever, either directly or indirectly. You are encouraged to buy the records and the music, to fully appreciate the masterpieces presented on this website. All images, sounds, and video clips  remain the property of  the copyright holders.   

       

                    Patrick@café   |   Talk of the Town     |    Home    |    Jazz