Jazz en VO

Si vous connaissez un film sur le Jazz, ou un film dans lequel on parle du Jazz, merci de le signaler sur le forum .

 

 

A  B C  D  E 

 

F  G  H  I  J  K  L

 

 M  N  O  P  Q  R         

 

 

     S  T  U  V  W  X  Y  Z

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A

- A Bout de Souffle

- Alfie

- Amandla  Film de Lee Hirsh, avec entre autres Abdullah Ibrahim, Hugh Masekela, Miriam Makeba.

- Amanti de Vittorio de Sicca : avec Ella Fitzgerald

- Archie Shepp : Je suis jazz ... (1984) de Frank Cassenti . 

- Ascenseur Pour l'échafaud

- Appunti per (1965) de Gianni Amico  : documentaire avec la chanteuse Annie Ross.

- Autopsie d'un meurtre (1959) d'Otto Preminger  : musique de Duke Ellington avec notamment Clark Terry, Harry Carnet, Scott Hamilton, et Johnny Hodges. Remarquable interprétation de Sunswept Sunday.

- A world of beauty (1955) de Will Cowan : court-métrage avec la chanteuse June Christy et l'orchestre de Pete Rugolo.

- Autour d'un récif (1949) de Jacques-Yves Cousteau  : La musique de André Hodeir  accompagne l' évolution des bancs de poisson et la démarche typique des crustacé. Interprètes : Michel de Villers, Bernard Peiffer, Pierre Michelot, et Kenny Clarke.

- Après le crépuscule vient la nuit (1946) de Rune Hagberg  : film expérimental réalisé par un jeune metteur en scène amateur qui est aussi l'interprète principal du film. Back Door Stuff, un thème de Jimmy Lunceford est répété comme un leitmotiv  et accompagne l'évolution du personnage vers la folie.

- Artistry in rhythm (1944) de Lewis D. Collins  : avec l'orchestre de Stan Kenton et la chanteuse Anita O'Day.  

- Artists and model, de Raoul Walsh (1937) : avec Louis Armstrong.

 

 

B

- Bud Powell (1999) de Robert Mugnerot  : documentaire très émouvant.

- Big Ben (1966) de Johan Van der Keuken 

- Bix, une interprétation de la légende (1991) de Pupi Avati  : évocation du cornettiste Bix Beiderbecke.

- Bird

- Bird now (1988) de Marc Huraux .                                                                     

- Blow Up (1966) de Michelangelo Antonioni : avec Herbie Hancock ,  Freddie Hubbard, Joe Henderson, Ron Carter et  Jack Dejohnette.

- Breakfast at Tiffany's

  

 

C

- Cabin' in the Sky / Un petit coin au cieux (1942) de Vincente Minnelli :  Malgré la signature d'un grand metteur en scène, ce film est bien décevant : un mauvais scénario et des apparitions très brèves de ceux que l'on attendait : Louis Armstrong, Duke Ellington, Ethel Waters, Lena Horne et le danseur Rochester.

- Caprice en couleur / Begone dull care (1949)  de Norman McLaren :  les dessins de Norman Mc Laren sur la pellicule ccompagnés  par Oscar Peterson, Ray Brown et Buddy Rich.

--Carmen Jones (1954) d'Otto Preminger  : avec la voix de Pearl Bailey.

- Case of the blues (1941) : avec la chanteuse Maxime Sullivan.

- Chet Baker / Evening in Paris (1980) de Léon Terdjanian  : documentaire avec une interview de Chet Baker.

- Chet's Romance (1986) de Bertrand Fèvre  : documentaire sur Chet Baker

- Citizen Kane (1941) d'Orson Welles  : Dans la scène du pique-nique un Noir chante It Can't Be Love.

- Cool Blood / De sang-froid (1967) de Richard Brook  : musique de Quincy Jones.

- Cotton Club (1984) de Francis Ford Coppola : film de gangsters avec, comme toile de fond, la musique de Duke Ellington avec Richard Gere en saxophoniste.  

8. Aux USA

- Dans la chaleur de la nuit / In the heat of the night, de Norman Jewison : musique de Quincy Jones avec Roland Kirk.

- Détective privé / Harper (1966) de Jack Smight  : musique de Johnny Mandel.  

- Détective (1984) de Jean-Luc Godard  : on y entend Ornette Coleman.  

- Deux hommes dans Manhattan (1958) de Jean-Pierre Melville  : avec Christian Chevalier et Martial Solal.

- Devil in a Blue Dress (1995) de Carl Franklin  : du jazz et Los Angeles au début des années 1950.

- Des Femmes Disparaissent

- Dingo (1991) de Rolf De Heer  : avec Miles Davis.

- Django Reinhardt (1958) de Paul Paviot .

- DOA (1949) de Richard Mate  : film policier  avec une bonne musique de jazz.

- Drum crazy / The gene Krupa story (1959) de Don Weiss  : avec Anita O'Day.

 

- En quatrième vitesse (1955) de Robert Aldrich  : Le générique défile sur le tableau de bord d'une voiture, avec la radio qui diffuse I'd Rather Have the Blues chanté par Nat King Cole.

- Épreuve de force (1970) de Clint Eastwood  : musique avec Art Pepper et Jon Faddis.

- Eva

- Faces (1968) de John Cassavetes .

 

- Fifi peau de pêche (1937) : quelques allusions au jazz dans ce film avec Mae West et Louis Armstrong. 

- Flic ou voyou (1978) de Georges Lautner  : avec Chet Baker.

- French Connection (1971) de William Friedkin  : musique de Don Ellis.

- Get yourself a college girl (1964) de Sidney Miller  : avec Stan Getz et la chanteuse Astrud Gilberto.

- Gloria (1980) de John Cassavetes  : musique avec Tony Ortega.  

- Hallelujah (1929) de King Vidor : un des premiers films avec des roles exclusivement interprétés par des acteurs Noirs. Quelques Spirituals, Saint-Louis Blues ...

- Haute société / High Society (1956) de Charles Walters  : avec Louis Armstrong, Bing Crosby, Frank Sinatra, et aussi Grace Kelly.

- Hellzapoppins (1941) de Henry C. Potter  : voir la scène où Rex Stewart, Slim Gaillard et quelques autres musiciens jouent ensemble avant d'être rejoints par des danseurs Noirs.

- Hollywood Hotel (1938) de Busby Berkeley  : le premier film consacré au jazz. On y voit et on y entend Benny Goodman, Teddy Wilson, Lionel Hampton et Gene Krupa. Une musique de qualité et des plans intéressants mettant en valeur les attitudes des musiciens avec des jeux de lumières bien choisis. 

- Hotel (1967) de Richard Quine  : avec la voix de Carmen McRae.  

I

- I want to live (1958)  de Robert Wise : musique de Johnny Mandel avec Art Farmer, Bud Shank, Gerry Mulligan, et Shelly Manne.  

- Isn't it Romantic (1948) de Norman Z. McLeod  avec la voix de Pearl Bailey.

- Il Bandito (1946) d'Alberto Lattuada  : le climat de l'Italie de l'après guerre avec la présence des troupes américaines et l'américanisation qui s'en suivit. On entend A Tisket - A Tasket  chanté par Ella Fitzgerald 

- It's All True (1941-1942) d'Orson Welles  : C'est le deuxième film que Orson Welles entreprenait pour la RKO, après Citizen Kane. Malheureusement, ce film mythique n'est resté qu'à l'état de projet. L'intention d'Orson Welles était de réaliser une histoire du jazz avec, notamment, Louis Armstrong, Duke Ellington et Billie Holiday (très proche de lui) interprétant leur propre rôle. Le projet était très avancé puisque Duke Ellington avait déjà composé un morceau du film (1) , et que des séquences-tests en couleur avaient pu être effectuées (2).

(1) Duke Ellington aurait perçu 12 500 dollars pour ce travail!

(2)Note : En 1982, on a retrouvé à la Paramount 240 boîtes archivées O.W. Bonino ou It's all true contenant trois cents mètres de pellicule. Les boîtes, remises à l'American Film Institute, se trouveraient actuellement aux archives de l'U.C.L.A. Pour plus de précisions sur ce "film-fantôme", voir Bill Krohn, Cahier du Cinéma, n°375, septembre 1985.

 

- Jamming The Blues (1944) by  Gjon Mili  A short film (10 minutes)in which several prominent Jazz musicians got together for a rare filmed jazz session. It featured Lester Young, Red Calender, Harry edison, Marlow Morris, Sidney Catlet, Barney Kessel, Jo Jones, John Simmons, Illinois Jacquet, Marie Bryant, Archie Savage and Garland Finey. Barney Kessel is the only white in the film. He was seated in the shadow to shade his skin and, for close-ups, his hands were stained with berry juice.

- Just Friends (1993) de Marc-Henri Wajnberg : musique avec Archie Shepp.  L'histoire d'un saxophoniste tenor de grand talent, passionné par son art, dans le Anvers des années soixante.

- Je vous salue Marie  (1983) de Jean-Luc Godard : on y entend John Coltrane dans la bande-son.

- Johnny Staccato (1959-1960) : la célèbre série où John Cassavetes joue le rôle d'un détective passionné de jazz  qui joue du piano (doublé par John Williams). Les épisodes d'une vingtaine de minutes commencent et finissent au Waldo's, un club de jazz, où l'on retrouve des musiciens de la West-coast tels que Pete Candoli, Milt Bernhart, Barney Kessel, Red Mitchell, et Shelly Manne.  

- J'irai cracher sur vos tombes (1959) de Michel Kast  :  musique d'Alain Goraguer avec, notamment comme interprètes : Roger Guérin, Raymond Guiet, Michel Hauser, Alain Goraguer, Claude Garden, Pierre Michelot, Christian Garros (1959). 

- Jazz à Newport / Jazz on a Summer's Day (1958) de Bert Stern  :  festival mythique avec des artistes exceptionnels : Jimmy Giuffre, Bob Brookmeyer, Jimmy Hall (Train and the River), Thelonious Monk (Blue Monk), Sonny Stitt (Blues), Anita O'Day dans une magnifique tenue extravagante (Sweet Georgia Brown & Tea For Two), George Shearing (Rondo), Dinah Washington avec Urbie Green, Terry Gibbs et Max Roach (All of Me), Gerry Mulligan, Art Farmer, Bill Crow, Dave Bailey (Catch As Catch Can), Big Maybelle et Buck Clayton (I Ain't Mad At You), Chuck Berry (Sweet Little Sixteen), Chico Hamilton avec Eric Dolphy (Blue Sands), Mahalia Jackson (Shout All Over, Didn't It Rain & Lord's Prayer), Louis Armstrong avec Trummy Young et Jack Teagarden (Lazy River, Tiger Rag, When The Saints Go Marching In & Rockin' Chair). On a l'impression d'y être!

-June Christy with the Ernie Felice Quartet (1950) :

 

- Kansas City (1996) de Robert Altman  : avec James Carter, Joshua Redman, Cyrus Chestnut, Ron Carter, etc. Une musique superbe, mais pas vraiment celle de Kansas City . 

 

L

- La ballade des sans espoirs / Too Late Blues (1961) de John Cassavetes : le jazz West Coast californien à l'honneur.Bande son enregistrée avec Benny Carter, Pete Rugolo, Jimmy Rowles, Red Mitchellet Shelly Manne.

- La bride sur le cou (1961) de Roger Vadim  :  musique de James Campbell, avec François Jeanneau, Georges Arvanitas, Louis Trussardi, Michel Babault.

- Lady Sings the Blues (1972) de Sidney J. Furie  : avec Diana Ross. Ne pas confondre avec Billie Holiday...

- La femme aux chimères / The Young man with a horn (1950) de Michael Curtiz  :  évocation du cornettiste  Bix Beiderbecke avec Kirk Douglas doublé par Harry James.

- La folle parade / Alexander's Ragtime Band (1938) de Henry King  : jazz et Musique classique...

- La menace (1977) d'Alain Corneau  : musique de Gerry Mulligan.

- La métamorphose des cloportes (1965) de Pierre Granier-Defferre  : musique de Jimmy Smith.  

- La Soif du Mal / Touch of Evil (1958) d'Orson Welles  : musique de Henri Mancini.  

- La Symphonie magique / Stormy Weather (1943) de Andrew Stone  : avec Cab Calloway, Fats Waller et Lena Horn. Du swing sensuel à 100%. Cab Calloway est déchaîné.Il y a aussi l'admirable Fats Waller, les chanteuses Ada Brown et Lena Horn, ainsi que des danseurs (Bill Robinson et les Nicholas brothers). En prime, les ballets de Catherine Dunham !

- L'eau à la bouche (1959) de Jacques Doniol-Valcroze  : un solo de trompette mémorable dans la scène où une petite fille monte les marches d'un interminable escalier pour atteindre le toit d'un château. Musique de Serge Gainsbourg et Alain Goraguer.

- Le coup de l'escalier / Odds Against Tomorrow (1959) de Robert Wise  : musique de John Lewis, avec Milt Jackson, Jim Hall, Percy Heath, Connie Kay, Bill Evans, et de nombreux autres musiciens. Orchestration par Gunther Schuller. A noter que  le disque de chez Blue Note ne reprend que les thèmes par le Modern Jazz Quartet.

- Let me off uptown (1942) :  avec l'orchestre de Gene Krupa et la chanteuse Anita O'Day.

- Let's Get Lost (1989) de Bruce Weber : documentaire sur Chet Baker qui a reçu un prix au Festival de Cannes. On a pu reprocher à ce film (notamment Carol Baker, une des personnes ayant le mieux connu le trompettiste!)  de privilégier certains côtés négatifs  au détriment d'autres aspects de la vie de Chet Baker . 

- Le chanteur de jazz / The Jazz Singer (1927) de Alan Crosland  : premier film parlant mais dont la musique n'a rien à voir avec le jazz. En effet, le chanteur est un... Blanc au visage barbouillé  de cirage !

- Le Quintette de Sven Klang (1976) de Stellan Olsson  :  fin des années 1950 : un saxophoniste est engagé par un quintette de jazz amateur .

- Les amants de la nuit (1948) de Nicholas Ray  : avec les Boswell Sisters.

- Le Bal des sirènes (1947) de George Sidney  : 

- Le cabaret des étoiles (1943) de Frank Borzage  : avec l'orchestre de Benny Goodman et la chanteuse Peggy Lee.  

- Le cavalier errant / Goin' places (1939) de Ray Enright  :  Louis Armstrong est un garçon d'écurie qui doit s'occuper de jazzomane , un cheval de course ! Mais sans jazz, pas de course ! La trompette de Louis Armstrong est là pour stimuler le sympathique animal. Il y a des scènes surréalistes dignes des Marx Brothers, comme par exemple celle où l'on voit Louis Armstrong chevaucher un vélomoteur et poursuivre Jeepers Creepers (vrai nom de l'animal et aussi standard du jazz depuis qu'Armstrong l'a interprété dans ce film) au son de sa trompette. Dans la même veine , il y a la scène où l'orchestre est embarqué sur un camion qui tourne autour du champs de course pour mieux stimuler l'ardeur de Jazzomane. Si l'histoire peut paraître un  peu désopilante, la musique en revanche est très bonne, avec en prime, la voix de la chanteuse Maxime Sullivan.

- Le choix des armes (1981) d'Alain Corneau  : participation de Ron Carter et Buster Williams.

- Le coeur fantôme (1996) de Philippe Garrel  : musique de Barney Wilen. 

- Le Festin nu / Naked Lunch (1992) de David Cronenberg  : musique de Ornette Coleman.

- Le Grand Chantage (1957) d'Alexander Mackendrick  :  l'occasion d'entendre le groupe de Chico Hamilton.

- Le Grand Sommeil / The Big Sleep (1946) de Howard Hawks  : Lauren Bacall chante And Her Tears Flowed Like Wine, accompagnée par Stan Kenton.

- Le Grand Couteau (1955) de Robert Aldrich  :

- Le jumeau (1984) d'Yves Robert  : musique avec Chet Baker.

- L'Équipée sauvage / The wild one (1954) de Laszlo Benedek  : c'est avec ce film que le jazz moderne est entré dans les studios d'Hollywood. Musique avec le groupe de Shorty Rogers, avec un superbe solo de Bill Perkins (Blues for Brando).

- L'homme au bras d'or / The Man with the Golden Arm (1955) d'Otto Preminger  : Frank Sinatra essaie d'arrêter de se droguer en devenant batteur de jazz. Les arrangements musicaux sont de Shorty Rogers. Shelly Manne était le conseiller technique/artistique de Frank Sinatra à la batterie. Avec Pete Candoli à la trompette.

- Les tripes au soleil de Claude Bernard-Aubert : musique d'André Hodeir.

- Les valseuses (1974 de Bertrand Blier  : musique de Stéphane Grappelli.

- Lettre à Michel Petrucciani (1983) de Frank Cassenti .

- Le vampire (1945) de Jean Painlevé  : le jazz (ici Black and tan Fantasy de Duke Ellington) comme musique d'ambiance

- Les assassins d'eau douce (1947) de Jean Painlevé  : White Heat et Stompy Jones de Duke Ellington ainsi que des musiques de Louis Armstrong et Jimmy Lunceford comme musique d'ambiance pour souligner le caractère insolite des sujets abordés.  

- Les Liaisons Dangereuses

- Les mains qui tuent / Phantom Lady (1944) de Robert Siodmak  : une courte scène de jam-session dans laquelle des musiciens ne jouent que pour le plaisir !  

- Les quatre cavaliers de l'Apocalypse / The Four Horsemen of the Apocalypse (1962) de Vincente Minnelli  : musique de André Previn.  

- Les rats de cave / The Subterraneans (1960) de Ronald McDougall  :   adaptation d'une oeuvre de Jack Kerouac avec une musique d'André Previn..

- Les romantiques* de Christian Zarifian (1993).

- Les Tricheurs (1958) de Marcel Carné  : Sur la bande son on peut entendre Dizzy Gillespie, Coleman Hawkins, Stan Getz, Roy Eldridge, Oscar Peterson, Herb Ellis, Ray Brown, Gus Johnson, Lionel Hampton, Milton "Mezz" Mezzrow, André Persiany, Buddy Banks. 

- Les verts pâturages / Green Pastures (1936) de Marc Connelly et William Keighley  :  de bons Spirituals interprétés par les Al Hall Choirs. 

- Let's make rhythm (1947) de Wallace Grissell  :  avec June Christy.

- L'inspecteur aime la musique (1955) de Jean Josipovici  : avec Sidney Bechet et Claude Luter.

- L'inspecteur ne renonce jamais de Clint Eastwood : musique avec Art Pepper, Jon Faddis.

 

- Mash (1969) de Robert Altman  : musique de Johnny Mandel.

- Mickey One (1965) de Arthur Penn  : musique de Eddie Sauter avec Stan Getz.

- Mo' Better Blues (1990) de Spike Lee  : histoire d'un trompettiste de jazz, évocation de John coltrane, hommages à Miles Davis, Charles Mingus, Sonny Rollins,  avec le concours de Brandford Marsalis à la trompette. Ce film cherche évacuer l'idée reçue du musicien de jazz drogué, alcoolique et maudit...

- Mr Klomp (1978) de O. Jongerius  : musique de Chet Baker.  

- Nancy Wilson (1962)  de Steve Binder

- New Orleans / Nouvelle Orléans (1947) de Arthur Lubin :  du jazz, avec Louis Armstrong, au générique. Avec aussi Barney Bigard, kid Ory, Red Callender, Meade Lux Lewis, Billie Holiday, Woody Herman! Dommages que le scénario de ce film soit nul!

- New York Eye and Ear Control (1964) de Michael Snow : Albert Ayler, Don Cherry, John Tchicai, Roswell Rudd, Gary Peacock, Sunny Murray dans un film expérimental associant le free jazz et des images de New York.

- New York New York (1977)  de Martin Scorcese : Robert de Niro est saxophoniste avec le son de Georgie Auld et Liza Minnelli est chanteuse de club de jazz.  

- Ornette : Made in America (1982)  de Shirley Clarke : musique de Ornette Coleman.

 

- Orphée  (1949) de Jean Cocteau : on y entend un solo de batterie de Gene Krupa sur le thème How High The Moon. Anecdote : Boris Vian aurait dit au sujet de ce solo  que la batterie dionysiaque de Kenny Clarke aurait été d'un choix plus judicieux.  

- Paris Blues (1961) de Martin Ritt  : adaptation d'un roman de Harold Flenders portant le même titre. La musique fut écrite par Duke Ellington. Côté anglo-saxon il y a Louis Armstrong à la trompette et Paul Newman au trombone. Les français sont aussi là avec Guy Lafitte qui joue la musique du générique, Moustache et Serge Reggiani qui sont dans le casting avec Sydney Poitier et Joanne Woodward.

- Pete Kelly's blues / La peau d'un autre (1955) de Jack Webb  : un trompettiste Blanc est aux prises avec des truands qui veulent le racketter, ainsi que les autres membres de l'orchestre. Il y a le clarinettiste Matty Mattlock et le saxophoniste Eddie Miller, l'excellent trompettiste Teddy Buckner (très bonne prestation dans la scène de l'enterrement au début). On y entend aussi la chanteuse Peggy Lee. Ella Fitzgerald  tient le rôle d'une tenancière de maison close et elle est la confidente du trompettiste. Ella interprète une très belle version de Hard Hearted Hannah.

 

- Porgy and Bess (1959) d'Otto Preminger  avec Pearl Bailey.

-Presenting Lily Mars  (1943) de Norman Taurog  : avec Judy Garland et la chanteuse Annie Ross.

- Quand la ville dort / Asphalt Jungle (1950) de John Huston  : La scène reptilienne où un truand très classe se fait cueillir par la police à cause du plaisir visuel et auditif ressenti à la vue d' une jeune fille en train de danser au son du jazz sortant d'un Juke-box. et qui le conduit donc à alimenter compulsivement le Juke-box en pièces de monnaie afin de prolonger un plaisir qui le perdra !

 

- Rendez-vous de juillet (1949) de Jacques Becker  : les prestations de Claude Luter et Rex Stewart. La jeunesse de l'après guerre, ses angoisses. Les célèbres caves de Saint-Germain-des-Prés où on  écoutait du jazz, où on dansait, et où on découvrait le flirt et l'alcool.

- Romance inachevée / The Glenn Miller Story (1953) de Anthony Mann  : avec James Stewart comme interprète. Il y a une séquence intéressante où Louis Armstrong interprète Basin Street Blues.

- Round Midnight

 

- Sait-on jamais (1957) de Roger Vadim  ; avec le Modern Jazz Quartet (enregistrement en 1957 à New York) avec John Lewis, Milt Jackson, Percy Heath et Connie Kay.

 

- Saint-Louis Blues (dans les années 1930) :  petit chef-d'oeuvre en raison de la présence de Bessie Smith, la très grande chanteuse de Blues 

- Save the children (1973) de Stan Lathan  avec la chanteuse Roberta Flack. 

- Série noire (1955) de Pierre Foucaud  : avec Sidney Bechet.

- Série noire (1979) d'Alain Corneau  : 

- Shadows (1959) de John Cassavetes  :   musique de Charles Mingus avec Shafi Hadi. Film culte

- St Louis Blues (1958) : ce film retrace la vie et l'oeuvre de W. C. Handy avec Nat King Cole dans le rôle titre et aussi : Pearl Bailey, Cab Calloway, Ella Fitzgerald, Mahalia Jackson. La musique est interprétée, entre autres, par Barney Bigard, Red Callender, Lee Young, et George Washington.

- Sharkey's Machine (1981) de Burt Reynolds  : musique avec Chet Baker.

- Si bémol et fa dièse / A Song Is Born  (1949) de Howard Hawks : participation d'un nombre important de musiciens : Louis Armstrong, Charles Barnett, Tommy Dorsey, Benny Goodman, Mel Powell et le Golden Gate Quartet.

- Smog (1962) de Francisco Rossi  : musique avec Chet Baker.

- Some Call it Loving/Sleeping Beauty (1973) de James B. Harris  : adaptation de la Belle au bois dormant à partir d'une nouvelle de John Collier, Sleeping Beauty. C''est Ronnie Lang qui double l'acteur principal dans le rôle d'un saxophoniste baryton. On entend aussi sur la bande sonore : Conte Candoli, Bud Shank, Bob Brookmeyer, Ray Brown, Stan Levey.

- Some of these days (1942) :  avec la chanteuse Maxine Sullivan.

- Sorm Signal (1966) de R. Drew  : musique avec Chet Baker.

-Soul to soul (1971) de Denis Sander  : avec la chanteuse Roberta Flack.

- Sous-sol (1953) de Jean-Claude Roy & S. Malaussena  : court-métrage avec Lil Armstrong.

- Stan Kenton and his orchestra-artistry in rhythm (1945) de Jack Scholl : avec la chanteuse June Christy.

- Stolen Hours (1963) de Daniel Petri  : musique avec Chet Baker qui joue aussi le rôle d'un trompettiste.

- Stormy weather d'Andrew Stone, USA 1943 Lena Horne, Bill Robinson

- Straight No Chaser

- Straight on till morning (1972) de Peter Collinson  : avec la chanteuse Annie Ross.

- Sun Valley Serenade : une perle qui vaut le détour : l'interprétation par le saxophoniste ténor Tex Benecke de Chatanooga Choo-Choo.

- Sweet smell of success (1957) d'Alexander Mackendrick : avec le quintette de Chico Hamilton.  

- Taches, touches et teintes d'Albert Pierru :  Les formes dessinée directement sur la pellicule par Albert Pierru ( comme Norman McLaren)   sont accompagné par l'orchestre de Kid Ory qui joue 12th Street Rag .

 

- Talk about a Lady (1946) de George Sherman  : avec l'orchestre de Stan Kenton et la chanteuse June Christy.

- Texas tenor : The Illinois Jacquet story (1991) de Arthur Elgort . 

- Tex Avery : il a souvent utilisé le jazz, notamment : Dixieland DroopyLe petit oiseau matinal réussi , etc.

- The Fat Man (1951) de William  : Julie London aux côtés de Rock Hudson

- The Last Days (1991) de Willem Ouwerkerk  : documentaire sur Chet Baker avec des'extraits de concerts enregistrés par la Radio Netherlands Television.

- The last date / Eric Dolphy (1991) de Hans Hylkema .

- The Last of the Blue Devils  (1979) de Bruce Ricker : documentaire produit par Clint Eastwood sur Count Basie, avec Jay Mc Shann, Jo Jones et d'autres.

- The Benny Goodman story  (1955) de Valentine Davis : avec Harry James, Gene Krupa, Teddy Wilson et Lionel Hampton. Il y a une jam session avec le tromboniste Kid Ory et Benny Goodman, alors âgé de 14 ans !  sur Ben 

- The big broadcast (1932) de Frank Tuttle  : musique avec les Boswell Sisters.

- The Connection (1960) de Shirley Clarke  : d'après une pièce de Jack Gelber, créée par le Living Theater. Musique de Freddie Redd et Jackie McLean. Il y est question de Charlie Parker, de l'univers de la drogue

- The Cool World / Harlem Story (1963) de Shirley Clarke  : la musique de Mal Waldron  interprétée par Dizzy Gillespie, James Moody, Kenny Barron. Certains musiciens apparaissent à l'écran (Dizzy Gillespie, Yussef Lateef, Art Taylor).

- The Gene Krupa Story (1959) de Don Weis .

- The Man I Love (1946) de Raoul Walsh  :  un chef-d'oeuvre tant du point de vue cinématographique que du jazz ! Ida Lupino donne, au cours de ce film noir, plusieurs interprétations de grands standards qui appartiennent au répertoire de Billie Holiday (The Man I Love, Body and Soul)  C'est magnifique et bouleversant ! On raconte que Martin Scorcese, 1977, s'est inspiré de ce film pour faire  New York New York .

- The Sound of Jazz (1957) de Jack Smight  : Avec Lester Young, Ben Webster, Coleman Hawkins, Gerry Mulligan, Rex Stewart, Roy Eldridge, Mal Waldron, Joe Jones, etc. Rien que pour l'inoubliable interprétation de Fine And Mellow par Billy Holiday, ce film est un chef d'oeuvre.  Le regard et le visage de Billie Holiday disant l'ineffable lorsque elle regarde Lester Young, l'être humain, qu'elle a probablement le plus apprécié au monde. Bonheur de l'image qui donne à voir une des plus belles expressions des liens pouvant exister entre deux êtres. Le reste est impressionnant et remarquable: The Count's Blues avec notamment Coleman Hawkins et Gerry Mulligan, Wild Man Blues avec Rex Stewart, Coleman Hawkins et Nat Pierce, Blue Monk avec Thelonious Monk et ses mouvements de pieds, I Left My Baby avec Jimmy Rushing, Ben Webster et Roy Eldridge, Dickie's Dream avec Ben Webster, Gerry Mulligan, Roy Eldridge, Coleman Hawkins, Joe Newman, Count Basie, The Train & The River avec Jimmy Giuffre et Jim Hall.

- The Subterraneans (1960) D'après une nouvelle de Jack Kerouac. Musique d' André Prévin. On y entend  notament Gerry Mulligan, Carmen Mc ray, Jack Sheldon, Shelly Manne, Art Pepper ...

- The wild party (1956) de Harry Horner  : avec Buddy DeFranco.

- Tout au Long de la Nuit

- Two girls and a Sailor (1944) de Richard Thorpe  avec Ella Fitzgerald.

 

U

- Un frisson dans la nuit (1971) de Clint Eastwood  : Erroll Garner et des séquences du Festival de Monterey.

 

- Un Témoin dans la ville (1958) d'Edouard Molinaro  : musique avec Kenny Dorham, Barney Wilen, Duke Jordan, Paul Rovère et Kenny Clarke. 

 

W

- Walt Disney : Nombreux emprunts au jazz dans les desins animés de Walt

 

- Wild Man Blues (1997) de Woody Allen  :  la tournée européenne du New Orleans Jazz Band , l'orchestre de Woody Allen!

- Woody Herman and his orchestra  (1938) de Roy Mack : la chanteuse Lee Wiley. 

 

 

Y

Z

 

   

 

© The author of this web page intends this educational site as a fitting tribute to the music of  jazz musicians and  creators, as well as a respectful tribute to their works and creations. The author of this web page receives no compensation or profit from this page whatsoever, either directly or indirectly. You are encouraged to buy the records and the music, to fully appreciate the masterpieces presented on this website. All images, sounds, and video clips  remain the property of  the copyright holders.   

 Patrick@café   |   Talk of the town     |    Home    |    Jazz